DES RECETTES BONNES POUR LE CLIMAT !

DES RECETTES BONNES POUR LE CLIMAT !

VERS UNE ALIMENTATION DURABLE
« Et si tout n‘était qu’une question de bonheur…, nous rendre heureux tout en préservant notre belle planète. Faire de beaux plats, cultiver intelligemment la Terre, réfléchir à chacun de nos actes avant que ce ne soit irréversible. » Ces quelques mots de Chef Moha résument à eux seuls la philosophie qui anime Le Livret des Recettes Bonnes pour le Climat. Inspirée de l’expérience initiée en France lors de COP 21, cette initiative vise en effet à promouvoir, grâce à l’appui de l’Association des Arts Culinaires de Marrakech, une alimentation à faible bilan carbone valorisant les produits du terroir et les ingrédients utilisés en cuisine marocaine. Conseiller Technique Principal du projet GIZ Tourisme Durable pour la promotion de l’emploi et des revenus en zone rurale, Monsieur Julien Cesana nous révèle ici les bases de ce concept et les énergies que ce projet a su fédérer au Maroc.

INTERVIEW JULIEN CESANA, GIZ

AGADIR PREMIÈRE : Comment est née l’idée du « Livret de Recettes Bonnes pour le Climat » ?
JULIEN CESANA : L’idée de concevoir un livret de recettes bonnes pour le climat est venue du besoin de vulgariser davantage le principe de l’initiative. Cette action, qui a été mise en place au Maroc dans le cadre de la COP 22, a eu une très bonne résonance auprès des Chefs cuisiniers marocains et notamment auprès du Chef Moha qui, en plus de contribuer au rayonnement de la cuisine marocaine à l’international, avec le talent et le succès qu’on lui connaît, a grandement œuvré pour promouvoir une cuisine goûteuse, de grande qualité et également respectueuse de l’environnement. Nous avons voulu rendre hommage aux Chefs cuisiniers qui se sont mobilisés de manière volontaire et partager leurs recettes auprès d’un large public.

A.P. : Comment s’est produite la rencontre de la GIZ avec les partenaires institutionnels marocains de cette initiative ?
J.C. : Lors de la mise en place du projet maroco-allemand « Tourisme durable pour la promotion des emplois et des revenus en zone rurale », le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification (HCEFLCD) avec l’appui de l’Agence allemande de la coopération internationale (GIZ), ont organisé des rencontres avec des professionnels dans le but de tisser des partenariats actifs dans le domaine du tourisme durable. C’est à cette occasion que nous avons rencontré M. Fessard, l’un des créateurs de l’Association « Bon pour le climat ». Une fois de retour au Maroc, nous avons, avec les collègues du Haut Commissariat, présenté l’initiative au Ministère du Tourisme et convenu d’un déploiement au Maroc. Grâce à la volonté et à l’engagement de ces partenaires, le contact avec les Chefs cuisiniers a pu être facilité et l’initiative a pu démarrer de façon optimale, qui plus est, pendant l’année de la tenue de la COP 22 au Maroc.

A.P. : Comment est diffusé le Livret de Recettes Bonnes pour le Climat ? S’adresse-t-il plus spécialement aux particuliers ou aux professionnels de la restauration ?
J.C. : Le livret est disponible en ligne sur le site qui permet de calculer le bilan carbone des plats ; il est également diffusé en version imprimée auprès de nos partenaires, notamment dans les événements liés au développement durable. Il s’adresse à toute personne soucieuse de son impact sur l’environnement. En effet, l’utilisation de l’éco-calculateur ne nécessite pas une grande technicité et permet à l’utilisateur, qu’il soit professionnel ou particulier, de réduire le bilan carbone de son assiette. Les recettes élaborées par nos Chefs cuisiniers témoignent d’un savoir-faire remarquable qui reflète bien les spécificités régionales basées sur les produits régionaux et le tout, avec un excellent bilan carbone !

A.P. : Comment peut-on « faire du bien » au climat en cuisinant ? Cette approche est-elle nouvelle ou se base-t-elle sur des modes de vie qui ont fait leurs preuves ?
J.C. : Cette approche encourage l’utilisation des produits bio et de saison, elle se base sur une approche scientifique qui a démontré que plus le circuit d’approvisionnement est court et les produits sont frais, moins ils ont un impact sur l’environnement. Et dans ce domaine, le Maroc renferme un potentiel énorme. L’initiative « Bon Pour le Climat », qui a pris son départ en France, est maintenant pratiquée dans de nombreux restaurants de renom dans différents pays européens.

A.P. : Comment les Chefs ont-ils engagé leur participation à ce livret ?
J.C. : La contribution des Chefs dans l’élaboration du livret constituait pour eux, à la fois une sorte d’exercice pour s’entraîner à utiliser l’éco-calculateur et d’un autre côté, la possibilité de formuler leurs recettes bas carbone basées sur les produits locaux. C’est un des résultats qui a couronné la série d’ateliers organisée avec le HCEFLCD et le Ministère du Tourisme pour implanter l’initiative au Maroc.

A.P. : Est-ce une expérience unique au Maroc ou est-elle expérimentée ailleurs ?
J.C. : Cette initiative est née en France, en marge de la COP 21, menée par des journalistes environnementaux et des Chefs cuisiniers engagés pour l’environnement. Elle a, par la suite, fait des émules en Europe auprès des restaurateurs soucieux de s’engager dans une démarche de développement durable. Elle est en phase d’implantation ici au Maroc comme continuité de cette expérience et peut s’appuyer sur les outils et le savoir-faire qui a déjà été développé tout en l’enrichissant à son tour avec les spécificités et la créativité de la cuisine marocaine.

A.P. : Le partenariat du Ministère du Tourisme présage-t-il le développement à grande échelle de circuits gastronomiques bons pour le climat ?
J.C. : Cette démarche est une démarche volontaire. Nous sommes en train de la mettre à échelle dans les deux régions pilotes du projet, à savoir Souss Massa et Béni Mellal Khénifra, l’objectif étant d’aboutir à la création d’une association marocaine « Bon pour le climat » qui prendra la relève pour dupliquer l’expérience à l’échelle nationale. La contribution du Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la lutte contre la Désertification est essentielle pour la préservation et la valorisation des ressources naturelles, mais également pour la promotion des produits du terroir. Les premiers bénéficiaires en sont la population locale. L’appui du Ministère du Tourisme pour mobiliser le secteur de la restauration et développer l’initiative, a également joué un rôle très important et sera très apprécié pour étendre cette initiative à l’échelle du pays et contribuer, ainsi, à renforcer le rôle du Maroc en sa qualité d’acteur engagé en matière de développement du Tourisme Durable.
Dans la Région Souss Massa, l’initiative est en cours d’implémentation et de nombreux restaurants et établissements touristiques s’engagent à élaborer des menus bons pour le climat dans leur établissement. C’est ainsi que spontanément, l’Association des Agences de Voyage de la Région Souss Massa, le Conseil Régional du Tourisme Agadir Souss Massa et le Réseau de Développement du Tourisme Rural souhaitent mettre en avant ces établissements et élaborer des circuits gastronomiques bons pour le climat. Enfin, lors de l’événement Climate Chance que la ville d’Agadir va abriter du 11 au 13 Septembre 2017, les restaurateurs vont jouer le jeu et proposer, pour les participants, des Menus Bons pour le climat.