LA LAGUNA A UNE HISTOIRE À VOUS RACONTER

LA LAGUNA A UNE HISTOIRE À VOUS RACONTER

LA FORÊT D’ANAGA

Surplombant son centre, universitaire, moderne et touristique, et par là même en constante ébullition, la forêt d’Anaga, logée sur le mont du même nom est un havre de paix, un lieu de communion avec la nature. Inscrite comme Réserve de la Biosphère par l’UNESCO depuis 2015, elle s’étend sur plus de 50.000 hectares et reste le territoire européen concentrant le plus grand nombre d’espèces endémiques, un régal pour les botanistes et autres biologistes qui peuvent y observer une nature généreuse en état de conservation exceptionnelle.

LE CLIMAT DE LA LAGUNA

À une altitude d’environ 700 mètres au dessus du niveau de la mer, La Laguna elle-même est entourée de massifs entre lesquels s’engouffrent les alizés qui lui confèrent sa climatologie particulière, toujours plus humide et en moyenne 2 degrés plus fraîche que la capitale voisine Santa Cruz de Tenerife. Cette configuration offre à la ville et à ses visiteurs de magnifiques paysages, non seulement depuis son cœur historique d’où les montagnes verdoyantes sculptent l’azur du ciel, mais également depuis ses nombreux sites aménagés à flans de collines pour permettre d’apprécier, dans les meilleures conditions et en toute sécurité, d’idylliques vues panoramiques sur l’urbanisme de la ville, sur les côtes Nord et Est, ou sur le plus lointain mais imposant volcan, le Teide, qui trône et veille sur l’île de Tenerife.

UN CONCEPT D’ARCHITECTURE MODÈLE

L’ensemble des éléments architecturaux historiques que renferme la Municipalité, leur distribution particulière et l’excellence de leur conservation ont permis d’élever La Laguna au rang de Patrimoine Mondial, unique ville de l’archipel voisin à avoir cette haute distinction conférée par l’UNESCO. C’est d’ailleurs lors de la réunion du Comité de l’UNESCO à Marrakech, que la ville canarienne s’est vue octroyer cette haute et touristiquement attrayante distinction. Son tracé urbanistique demeure intact depuis sa conception au début du XVIe siècle et constitue une référence historique d’application du concept de «ville-territoire», un cas d’école de ville hispanique non-fortifiée usant de son altitude et de son éloignement des côtes en guise de protection face aux troubles venus des océans au cours des siècles passés. Sa géométrie alors innovatrice aurait servi de modèle à la conception des grandes cités sud-américaines comme Lima au Pérou, Carthage des Indes ou La vieille Havane.

UNE FLORE ABONDANTE EN VILLE

Installée sur une ancienne lagune qui lui proféra son patronyme et léchée régulièrement par d’humides nuages, La Laguna est un grand jardin urbain aux balcons, patios, places et résidences verdoyants et fleurissants. Ses rues sont donc colorées et bien souvent embaumées des doux effluves des camélias et des orangers qui peuplent parcs et jardins particuliers. Diverses espèces ancestrales de palmiers particulièrement étirés et de longs pins canariens dominent les ciels et surpassent les bâtiments, dans l’ensemble relativement bas, de la ville. Mais les doyens de la cité fondatrice, et durant longtemps capitale des Îles Canaries, sont sans aucun doute la centaine de dragonniers qui ornent toujours ses rues et certaines maisons particulières grâce à l’attention, et maintenant l’expertise, dédiées à leur conservation.

UNE VILLE CULTURELLE ET UNIVERSITAIRE

De tous temps et malgré la perte de sa prédominance administrative au XVIIIe siècle au profit de Santa Cruz de Tenerife et de Las Palmas aujourd’hui co-capitales régionales, La Laguna reste la référence culturelle de l’archipel. La ville universitaire se veut un espace ouvert, accessible et dynamique où les Arts et la Culture s’apprennent, se contemplent mais également se produisent. Entre son cossu Théâtre Leal, un bâtiment classique d’une grande élégance, ses places, ses musées et salles modernes et animées, l’offre culturelle de la ville est foisonnante et variée. Loin d’être une activité élitiste et isolée, elle y est pensée comme un vecteur social, une source de bien-être pour ses citoyens et visiteurs, et surtout un complément indispensable et indissociable des offres universitaires, commerciales ou encore gastronomiques que renferme La Laguna.

DES CITOYENS FIERS DE LEURS TRADITIONS

Si un peuple ignorant de sa propre histoire, de ses origines et de sa culture est comme un arbre sans racines, celles de La Laguna, bien au contraire, sont profondément ancrées dans le lit de l’ancienne lagune sur laquelle elle siège. Le patrimoine de la ville est remarquablement conservé grâce à sa population qui vit et choie son histoire, qui perpétue et transmet ses traditions, qui appuie et produit la Culture et lutte quotidiennement pour maintenir et valoriser son identité particulière faite de culture locale et de cultures du monde qui s’y entre-nourrissent depuis des siècles.

DES MUSÉES DE L’HISTOIRE ET DE L’ESPACE

Bien qu’équipée d’installations modernes et d’infrastructures de transport avec son tramway qui la relie à Santa Cruz et un aéroport international à ses portes qui connecte directement l’île de Tenerife avec Agadir, Casablanca, Lisbonne et une multitudes de destinations nationales, La Laguna propose à ses visiteurs un passionnant voyage dans l’espace et l’Histoire. Le Musée d’Histoire de Tenerife, le Musée des Sciences et du Cosmos, le Musée d’Anthropologie Casa Carta dans le bourg de Valle Guerra sont tant d’installations muséales d’importance nationale qui invitent les plus curieux cherchant à découvrir, apprendre et s’amuser autour de la connaissance. Ces centres gérés par la Municipalité ou par les Autorités insulaires viennent compléter les ruelles du noyau historique de la ville, véritables musées à ciel ouvert.

DE NOMBREUX FESTIVALS ET FESTIVITÉS

La Culture prend également une forme festive à La Laguna et s’allie avec le commerce, les activités touristiques, la gastronomie et les activités sociales ou intellectuelles. De grandes célébrations d’origines religieuses et de nombreux festivals ou évènements se jalonnent dans un intense agenda culturel s’étalant tout au long de l’année. Parmi les festivités catholiques celles du Corpus Christi, de la Semaine Sainte ou de la Romería (pèlerinage et offrandes) de San Benito sont sans aucun doute les plus suivies. L’offre purement culturelle ou commerciale proposée par la Commune est presque infinie, citons, parmi les principales, la Fête de la Musique, la Nuit Blanche, le Festival Hidrosfera à Punta del Hidalgo, la Route des tapas, les Rencontres avec l’Afrique, etc.

BASSINS ET PISCINES NATURELLES SUR L’OCÉAN

La frontière Nord de la municipalité est une large bande littorale baignée par l’Océan Atlantique et bordée de bassins, piscines naturelles et plages de sable noir d’origine volcanique et dont la qualité des eaux et des équipements est garantie par le Pavillon Bleu. Valle Guerra, Bajamar et la Punta del Hidalgo sont de modestes et charmantes cités balnéaires où profiter de nombreuses activités maritimes comme le surf, les promenades en kayak ou en paddle surf.