LA MAISON DE LA MATERNITÉ À TISSINT

LA MAISON DE LA MATERNITÉ À TISSINT

PAR L’ARCHITECTE SALIMA NAJI
Au printemps 2017, la revue Architecture du Maroc (n°75) a consacré un numéro aux architectes femmes au Maroc. Selma Zerhouni, architecte et directrice du magazine, précise : « … la situation professionnelle des femmes architectes est difficile et les réussites méritent d’être révélées pour servir de modèle. » Salima Naji, Architecte DPLG (Paris-La-Villette) & Docteur en anthropologie de l’EHESS (Paris), fait partie de ces femmes qui n’hésitent pas à se confronter à la rude concurrence d’un marché difficile, ni à défendre leurs projets pour en garder leur singularité. Des défis ponctués de petits miracles : des rencontres bienveillantes, de talentueux artisans, des villageois heureux du travail accompli… Une récente réalisation de Salima Naji, la Maternité de Tissint, mise en lumière dans Architecture du Maroc, témoigne du respect de l’Architecte pour son environnement humain et naturel.
ENTRE TRADITION ET ACQUIS CONTEMPORAINS
Architecture du Maroc n°75 : Terminée fin 2016, la Maison de la Maternité, Dar Oumama, se situe dans la Commune rurale de Tissint, Province de Tata. Avec pour Maître d’Ouvrage le Programme INDH – Initiative pour le Développement Humain (Ministère de l’Intérieur), elle a nécessité un coût global de réalisation de 893.770 DH. « Ce projet dont Salima Naji expose la démarche et les choix constructifs, résume le subtil jeu entre la tradition et les acquis contemporains, entre une approche résolument bioclimatique et l’appui éventuel d’équipements modernes, entre le respect d’un cahier des charges technique et la préoccupation du confort et de l’accueil des usagers… Dans une parcelle toute en longueur, le projet se déploie en deux entités liées à la maternité plus ancienne. Un couloir les relie sans que les deux bâtiments ne soient accolés pour éviter tout transfert de chaleur. »

UNE CONSTRUCTION BIOCLIMATIQUE
« Le nouvel ensemble comprend une salle destinée à l’accouchement et un espace de convalescence pour le repos. … La porte d’entrée fait référence aux portes régionales en saillie. Elle prépare l’accueil en un rafraîchissement premier permis par la largeur des murs, la hauteur assez basse sous plafond et l’épaisseur du matériau terre. Elle débouche sur une petite salle d’attente de forme organique circulaire, aux lignes douces, sorte de matrice toute en rondeur, perceptible depuis l’extérieur. Les espaces d’administration sont situés autour de la porte d’entrée, créant une limite symbolique entre ces espaces d’administration et les espaces d’accouchement ou de convalescence pour protéger les patientes autour de l’heureuse naissance. … Ici, les systèmes constructifs séculaires ont été transcendés pour produire une architecture contemporaine exemplaire et innovante… »