TALBORJT VU PAR LE CONSEIL COMMUNAL

TALBORJT VU PAR LE CONSEIL COMMUNAL

Le projet de Talborjt fait partie des projets majeurs du Conseil Communal d’Agadir, c’est donc tout naturellement que nous nous en sommes rapprochés pour vous rendre compte de leur vision. Monsieur Saïd Saadouni, Vice-président responsable de la division technique, a répondu à nos questions avec spontanéité et sérénité, car l’objectif est bien de rassurer sur l’avenir de la mise à niveau de ce quartier.

LA PHASE 2 DU PROJET DE TALBORJT SERA LIVRÉE CET ÉTÉ

À nos interrogations sur les délais de livraison de la tranche 2 couvrant la partie haute de l’Avenue du 29 Février et l’Avenue Kennedy en cours, Monsieur Saadouni nous a confirmé que l’ensemble sera livré cet été même.

LE CONSEIL MUNICIPAL D’AGADIR RASSURE SUR LA SUITE DU PROJET

Le projet de Talborjt sera bien mené jusqu’au bout, tel qu’imaginé et validé depuis son amorce. Le Conseil Communal d’Agadir nous confirme que les autres tranches seront bien réalisées selon un planning qui prendra en compte les finances aussi bien que la préparation et les contraintes des riverains. Toutes les phases du projet sont nécessaires pour intégrer Talborjt dans la vision globale que les élus ont prévue pour la renaissance du quartier de Talborjt mais aussi pour son rôle central dans le projet plus global d’aménagement de la ville d’Agadir. Une évaluation du projet est prévue dans quelques semaines pour profiter de l’expérience de ces 2 phases et mieux anticiper celles qui arrivent.

« Les 2 phases du projet actuellement en finition ont nécessité un budget de 69 millions de Dirhams »

QUID DES FAÇADES DES COMMERCES ET DES HABITATIONS?

Le Conseil Communal en appelle à la société civile pour assumer son rôle dans le projet de renaissance du quartier de Talborjt. Il faut que les commerçants fassent l’effort d’aménager leurs façades pour apporter une cohérence nécessaire à cette zone de commerce ouverte qui n’a rien à envier à celles des villes canariennes qui connaissent une dynamique économique très intéressante. En effet, sans un engagement et une implication des commerçants pour intégrer une esthétique globale du quartier, le rendu final restera toujours moyen et n’attendra pas l’objectif escompté. Ce point précis fait appel à l’engagement citoyen de tous et ne peut se réaliser sans prise de conscience de l’intérêt général et d’un minimum de projection pour un avenir meilleur.

ET L’ESPACE PUBLIC ABUSIVEMENT OCCUPÉ ?

Un autre défi majeur qui fait lui aussi appel à la conscience, à la rigueur et au respect des règles. Le Conseil Municipal dispose certes d’un pouvoir coercitif pour obliger les commerçants à respecter le domaine public mais nous espérons toujours passer par la voie du dialogue et de la sensibilisation. Pour le moment, nous en sommes à cette phase. Il n’est bien évidemment pas exclu que l’application du respect du domaine public passe par la voie légale.