VERS UNE MISE À NIVEAU DES ZONES ALIMENTAIRES DU SOUK AL HAD

Vous l’aurez remarqué, notre Souk Al Had, marché historique d’Agadir, connaît actuellement une véritable métamorphose et ces grands changements ne comptent pas s’arrêter à son architecture. Car, si l’embellissement est une priorité pour la mise en valeur de cet espace commercial traditionnel, la mise à niveau des zones alimentaires est totalement indispensable à sa pérennité et aux exigences modernes de salubrité.

Le succès grandissant du souk et sa fréquentation toujours accrue exigent aujourd’hui de repenser entièrement la configuration des lieux d’abattage et de vente des produits d’origine animale, mais aussi des espaces de restauration, des concepts d’accueil et de circulation de la clientèle, sans oublier la gestion des déchets occasionnés par une activité de plus en plus intense.

Poursuivant notre chronique spéciale dédiée aux réaménagements du Souk Al Had, effectués sous la direction des architectes Samira Saoudi et Ali Irizi, nous vous dévoilons aujourd’hui les plans qui vont prochainement transformer les unités alimentaires en commerces de haut niveau et en centres d’intérêts culinaires et touristiques.

UNE ZONE DÉDIÉE À LA GASTRONOMIE

Jusqu’à présent, les divers espaces de vente de produits alimentaires et de restauration se trouvaient relativement dispersés, contraignant les consommateurs à parcourir le souk de long en large pour rallier légumes et poulets par la Porte 2 (Bab), produits du terroir par Bab 3, halle aux grains par Bab 4 et restaurants de poisson par Bab 7 et 8.

Cette implantation, plus du tout adaptée à l’affluence actuelle du Souk Al Had, causait par ailleurs diverses nuisances alentour : canalisations obstruées par les déchets d’abattage, fumée de grillades côtoyant l’habillement et l’artisanat, sans parler des problèmes de livraison de marchandises.

Désormais réunis dans une même zone dédiée à l’alimentation, accessible par Bab 2, les unités de produits de bouche bénéficieront d’installations aux normes sanitaires en vigueur, mais aussi d’un environnement agréable et valorisant, doté de placettes et d’espaces de restauration qui sauront plaire à tous les publics.

LES BOUCHERS

Les bouchers occuperont deux rangées d’unités flambant neuves dans le prolongement des halles aux fruits et légumes, entre le marché aux volailles et les restaurants de poisson. Au regard des actuelles conditions d’hygiène insuffisantes et de l’absence de vitrines réfrigérantes, les nouvelles unités pallieront ces points non règlementaires en répondant à toutes les exigences modernes rattachées au travail de boucherie.

Dotées d’une aire de stockage réfrigéré avec afficheur de température, d’un espace boucherie et d’un comptoir vitré réfrigéré, les futures boucheries bénéficieront de matériaux de premier choix avec revêtement mural en grès cérame, plan de travail en granit ou inox, carrelage de sol antidérapant et caniveau de qualité raccordé au réseau de canalisations environnant.

LA HALLE AUX RESTAURANTS DE POISSON

Dans la continuité de l’espace viande, une halle aux poissons séduira irrésistiblement les consommateurs avec un concept food-court qui fait déjà fureur sous d’autres horizons. Le principe s’inspire d’une halle populaire entourée d’échoppes de poissonniers et de plusieurs rangées de table au centre pour déguster les grillades et autres spécialités préparées sur place. L’ensemble constituera une belle vitrine pour la gastronomie marocaine et l’activité de pêche à Agadir en particulier.

Afin de remédier aux conditions d’hygiène insalubres et aux équipements rudimentaires des actuelles installations, les poissonniers emménageront dans des unités modernes dotées d’un open space cuisine, d’un comptoir réfrigéré vitré et d’un espace office avec sanitaires de plonge et vestiaire. Afin de remédier au désagrément olfactif des grillades, le plan de cuisson sera équipé d’une hotte aspirante puissante pour une extraction efficace des fumées.

LE MARCHÉ AUX VOLAILLES

Les conditions d’abattage des volailles destinées aux ménages fait actuellement l’objet de recommandations sérieuses de la part des organismes de tutelle du pays, les risques d’intoxication étant élevés en cas d’abattage artisanal non respectueux des règles élémentaires d’hygiène. C’est pourquoi le futur marché aux volailles du Souk Al Had adoptera une conception plus professionnelle du métier en se transformant en unités d’abattage de proximité.

Très bien conçues, ces dernières respecteront en tous points les dispositions prévues par la loi 49/99 relative aux élevages avicoles et à leur commercialisation (voir encadré).

Elles se composeront d’un espace réception de volailles et d’abattage, de locaux distincts séparant les différentes étapes de préparation, d’un coin emballage et livraison, et d’un emplacement pour les volailles vivantes, le tout équipé de matériel de première qualité aux normes internationales.

Situé entre le Hall Est des fruits et légumes et les unités de boucherie, le marché aux volailles s’articulera autour d’une cour intérieure et d’un bassin décoratif, à la façon d’un riad où les clients pourront patienter agréablement en attendant leur commande.

LA LOI 49/99 RELATIVE AUX ÉLEVAGES AVICOLES : conditions sanitaires et d’hygiène pour les unités d’abattage des volailles destinées aux besoins exclusifs des ménages.

Dans le cadre des dispositions prévues par la loi 49/99, relative à la protection sanitaire des élevages avicoles, le Ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes et le Ministère de l’Intérieur ont diffusé, en juillet 2007, une circulaire relative aux conditions sanitaires et d’hygiène des unités d’abattage des volailles destinées aux besoins exclusifs des ménages.

Dans le but de préserver la santé publique et de répondre aux exigences des consommateurs en produits salubres et de qualité, un cahier de prescriptions spéciales régit l’ensemble des paramètres d’une unité d’abattage de volailles, de sa conception à son implantation, en passant par son mode de fonctionnement, y compris dans le respect du rituel musulman.

Reliées aux réseaux d’eau potable et d’assainissement, ces unités doivent impérativement séparer les différentes étapes d’abattage et de livraison et posséder des dispositifs de réfrigération pour conserver les viandes avant livraison dans la journée. Les locaux eux-mêmes doivent être réalisés en matériaux imperméables et faciles à nettoyer, tandis que le personnel affecté à chaque tâche fait aussi l’objet d’instructions spéciales, de même que son hygiène et sa tenue vestimentaire de travail.